Présentation de la biblio

Bienvenue à la bibliothèque La Molène  !

Cet espace est pensé pour partager et mettre à disposition des livres, BDs, films et autres ressources abordant les thèmes du féminisme et/ou de la culture queer.

Il s’agit également d’un espace de convivialité et de solidarité à disposition pour organiser des lectures, projections, discussions ou ateliers concernant le féminisme et ses luttes.

Cette bibliothèque est politique, nous choisissons donc les livres et ressources y figurant ou non, de même pour les événements qui y ont lieu.

Ce n’est donc pas un lieu représentatif de « toutes les idées féministes », et nous préférons ne pas visibiliser des opinions politiques qui nous font violence.

Cependant, nous ne pouvons pas garantir que tous les livres correspondent à nos idées politiques, certains étant nuancés, d’autres évoquant des thématiques féministes qui ne nous concernent pas directement et sur lesquelles nous laissons le choix aux personnes concernées de considérer si un livre est pertinent dans la bibliothèque ou non. N’hésitez donc pas à nous faire savoir si un livre présent dans notre catalogue ou si certains propos/comportements vous oppressent, de la manière qui vous convient le mieux (par la boîte à mots à la biblio, par email, par courrier, par oral…)

Nous avons conscience que les rapports de domination ne sont pas toujours visibles ou décelés et que parfois un.e féministe peut reproduire des schémas oppressants ou tenir des propos oppressifs. Nous souhaitons au maximum pouvoir discuter et apprendre de nos erreurs et de nos privilèges, et poursuivre nos apprentissages et désapprentissages.

Au niveau du contenu, nous refusons les théories féministes abolitionnistes (travail du sexe), islamophobes et/ou anti-voile, théories féministes transphobes, théories politiques niant les rapports de races (anti-racialisme), les théories masculinistes ou leurs dérives (droits des pères, théories essentialisantes, etc…) et tous les textes qui, selon nous, cultivent, maintiennent ou justifient une oppression systémique.

(Une oppression est systémique lorsqu’elle exercée par par un groupe que le système sociétal privilégie sur un autre groupe d’individu.e.s oppressé.e.s.)

Comment on s’organise: Nous nous organisons de façon autogérée et autonome, hors de circuits associatifs ou de subventions étatiques, avec un fonctionnement interne du collectif que nous espérons au maximum horizontal. Nos livres viennent donc de dons, de prêts, de récup.

Nous tentons d’appréhender une autonomie qui ne serait pas uniquement fonctionnelle ou organisationnelle, mais qui toucherait également au contenu de notre bibliothèque. Dans cette idée-là, nous soutenons la production, la visibilisation et le partage de savoirs autonomes (n’étant donc pas forcément issus de maisons d’éditions ou de sphères universitaires).

Nous souhaitons rendre ce lieu un maximum accessible en terme d’inclusivité. Nous choisissons de ne pas privilégier uniquement les essais théoriques issus de l’ expertise  d’académicien.nes, mais de proposer également d’autres sources d’informations comme des bandes dessinées, des zines, des podcasts, des livres audio, ou des émissions radio pour les personnes ne pouvant temporairement/définitivement pas lire, et ainsi de suite.

Nous refusons l’idée que le savoir politique n’est accessible et intelligible que par/pour des universitaires.

En mettant à disposition et en soutenant la fabrication de savoirs autonomes, nous souhaitons soutenir le glissement du curseur de la notion d’expertise. Parce que la fracture expert.e.s/profanes dé-territorialise la parole des personnes concerné.e.s et la cantonne à une parole « secondaire », alors que ce sont elleux finalement, les réel.les expert.es, et non les professionnel.les de tel ou tel corps de métiers, ni les académicien.ne.s.

Nous considérons également que des textes ou des images qui «  font du bien  » sont d’un enjeux politique, parce que prendre soin de soi et de nos communautés, c’est important, politique et nécessaire, et nous souhaitons le valoriser.

 

-> Lisez ici notre vision de la non-mixité ainsi que le texte « Pourquoi la non-mixité fait-elle peur, est décrédibilisée, moquée, et pourquoi est-ce important de créer un espace non-mixte »